Comment prendre soin de votre cheval ?

Le soin de la peau et du pelage est particulièrement simple chez les chevaux en bonne santé et constitue le meilleur moyen de prévenir certaines maladies de la peau. Un niveau d’hygiène sain suffit amplement à cet égard. Les chevaux sont brossés avec des brosses propres, ce qui permet d’une part d’éliminer les particules de saleté et d’autre part de masser la peau du cheval. Pour le propriétaire du cheval, il s’agit également de vérifier que tout va bien avec le cheval. Il faut éviter les lavages inutiles, qui ramollissent la peau et peuvent provoquer des irritations cutanées.

Jouer dehors avec des congénères, se rouler à cœur joie dans le sable et demander à d’autres chevaux de se gratter – ces choses ne sont pas seulement particulièrement importantes pour le contact social, elles tiennent également compte du comportement de confort du cheval. Lors du toilettage mutuel, la communication entre les chevaux est au premier plan.

Soigner le cheval, le panser et lui gratter correctement les sabots

Pour le toilettage et le pansage, voici une vidéo très bien présentée avec de nombreux conseils et astuces :

La condition de base pour un toilettage et un pansage corrects est que chaque cheval possède son propre matériel de pansage, composé d’une étrille, d’une brosse à cardes, de brosses à racines, d’une brosse à crinière ou d’un peigne, d’un grattoir à sabots, d’au moins deux éponges, d’une serviette et d’une peau de mouton.

Soigner et panser

Grâce à des mouvements circulaires, l’étrille débarrasse le cheval de la saleté, de la poussière et des squames. Les impuretés sont ameublies et peuvent ensuite être facilement ramassées avec la brosse à cardes. Ce massage stimule la circulation sanguine et active la circulation. L’étrille ne doit pas être utilisée sur les jambes ou les os, il faut également faire attention au ventre ou aux flancs, car certains chevaux sont particulièrement chatouilleux.

Essuyer la poussière ramassée sur l’étrille avec la cardeuse et tapoter l’étrille plusieurs fois. Ce faisant, marcher avec la peau et répéter la procédure de l’autre côté. Ramasser la dernière poussière avec la peau de mouton.

Au niveau de la tête, veuillez n’utiliser que des brosses douces et nettoyer auparavant avec précaution le sable et la poussière autour des yeux, en insistant particulièrement sur la zone où le bridon est posé afin d’éviter les frottements.

Nettoyer les naseaux avec une éponge propre et de l’eau fraîche.

La deuxième éponge est destinée à la région située sous la queue. Il est particulièrement important de séparer les éponges pour des raisons d’hygiène. Pour ce faire, tenez la queue du cheval sur le côté, en vous tenant impérativement sur le côté du cheval, puis nettoyez les fesses avec précaution. La queue doit être débarrassée des dépôts tels que la paille et, selon les besoins, lavée et triée rarement, mais pas brossée.

Une queue éraflée peut être le signe de nombreuses choses, comme des démangeaisons, et doit être surveillée en conséquence.

Les jambes du cheval peuvent être nettoyées avec une brosse à racine douce.

La crinière doit être nettoyée et entretenue à l’aide d’un peigne ou d’une brosse à crinière.

Instructions pas à pas : bien racler les sabots

  • Il est important d’adopter la bonne position : il faut absolument se tenir de côté par rapport au cheval, descendre le long de la jambe avec la main et soulever le sabot.
  • Au moyen d’un grattoir, débarrasser les sillons latéraux de la fourchette des grosses impuretés, puis utiliser la brosse pour enlever les particules de saleté plus fines.
  • La fourchette au milieu du sabot est particulièrement sensible et doit donc être nettoyée avec précaution.
  • Se tenir sur le côté de la jambe arrière du cheval, la soulever et la retirer vers l’arrière, puis la poser sur la cuisse ; le nettoyage s’effectue de la même manière qu’à l’avant.

Nettoyage et entretien du matériel d’équitation

Avant de monter à cheval, les chevaux sont nettoyés et pansés. Ce n’est pas tant pour des raisons esthétiques que pour prévenir et maintenir les chevaux en bonne santé, car un massage à la brosse stimule également la circulation sanguine. La saleté et les éventuels parasites sont éliminés et les points de pression inutiles sont évités, par exemple au niveau de la selle. En même temps, chaque cavalier peut ainsi contrôler de manière ciblée si son cheval est en bonne santé ou s’il doit éventuellement soigner de petites blessures, par exemple au pâturage. La période précédant l’équitation en fait partie, elle crée la confiance et favorise le lien entre le cavalier et le cheval.

Bien entendu, le matériel de pansage ainsi que le bridon, la selle, la chabraque et les diverses couvertures doivent également être nettoyés régulièrement. Un entretien soigneux permet de prolonger la durée de vie des brosses, des cardes, des étrilles et des peignes à crinière.

Pour le nettoyage des couvertures, il existe désormais de nombreux magasins d’équitation qui proposent un service de nettoyage pour les couvertures de chevaux, car non seulement faire ce travail soi-même demande beaucoup d’efforts, mais cela met également à mal sa propre machine à laver. De plus, les couvertures conservent ainsi leurs propriétés, comme par exemple une protection fiable contre la pluie, même après la procédure. Il est également recommandé, dans la mesure du possible, de toujours laisser sécher les couvertures sur le cheval ; si on les descend mouillées, elles sèchent très mal.

Sinon, il faut absolument respecter les indications du fabricant, y compris les indications de nettoyage et de séchage, surtout pour la peau d’agneau.

Pour nettoyer le bridon et la selle, il convient d’utiliser du savon de selle pour le nettoyage et ensuite de la graisse pour cuir pour l’entretien, afin que les deux restent encore longtemps beaux et souples. Vous trouverez ici une vidéo expliquant clairement tout ce qu’il faut savoir sur l’entretien du cuir :

Instructions pas à pas : nettoyage de la selle et du bridon

  • Démonter complètement le bridon pour le nettoyer en profondeur.
  • Pour le nettoyage, il est par exemple recommandé d’utiliser du savon de selle et peu d’eau, car l’eau assèche davantage le cuir.
  • Appliquer le savon de selle à l’aide d’une éponge et nettoyer le cuir, en particulier les zones fortement sollicitées.
  • Sécher ensuite avec un chiffon et enlever les restes de savon.
  • Enfin, appliquer par exemple de la graisse pour cuir et laisser agir.

Procéder de la même manière pour l’entretien de la selle.

De même, accorder une attention particulière aux zones fortement sollicitées (étrivières et courroies auxquelles sont accrochés les étriers) en les verdissant.

Les autres ustensiles d’entretien peuvent être nettoyés avec un shampooing doux. Les parties en bois doivent être maintenues au sec et les ustensiles tels que les peignes en métal doivent être immédiatement séchés afin d’éviter qu’ils ne rouillent.

Les parasites très contagieux qui se nourrissent de squames, comme les poux, sont également éliminés par un brossage régulier. Normalement, la contamination se fait directement de cheval à cheval. En cas d’infestation par les poux, les adultes peuvent toutefois se cacher pendant un court laps de temps dans le matériel de pansage et être ainsi transmis indirectement.

D’un point de vue hygiénique, il est donc conseillé que chaque cheval ait son propre matériel de pansage.

Le changement de pelage du cheval

Un coup d’œil à la nature montre un paysage hivernal rêveur, les premiers rayons de soleil chauds scintillent dans la neige poudreuse, et pour nous, les humains, l’hiver ne fait que commencer. Les chevaux, eux, perdent leur long et épais pelage d’hiver dès le mois de janvier. Les jours s’allongent peu à peu et, sous l’influence de la luminosité, une nouvelle fourrure d’été courte se forme, qui fait ensuite place, dès l’été, à une fourrure d’hiver dense et chaude.

Deux fois par an, le métabolisme des chevaux est donc à son maximum. L’organisme est fortement sollicité et ses besoins en nutriments augmentent, ce qui est un processus tout à fait naturel. Chez un cheval en bonne santé, ce processus passe presque inaperçu, il suffit d’une alimentation adaptée aux besoins, d’un pansage accru et d’une stimulation de la circulation sanguine pour aider un cheval à y parvenir. Mais chez les chevaux affaiblis, malades ou naturellement âgés, le changement de pelage peut durer très longtemps. Le système immunitaire s’affaiblit de plus en plus, d’autres problèmes métaboliques ainsi que des irritations cutanées peuvent en résulter.

Les experts recommandent donc un apport optimal de vitamines et de minéraux par le biais d’aliments naturels, et ce dès le départ.

Outre la clarification des maladies initiales associées à un changement de pelage perturbé, une carence réelle peut ainsi être détectée à l’aide d’un bilan sanguin. Une alimentation optimisée et adaptée aux besoins du cheval semble être ici la clé du succès. Afin de ne pas surcharger davantage l’organisme, les vaccinations et vermifuges pourraient être effectués en dehors des périodes de changement de pelage.

Corde à sauter : quels sont les bienfaits de cette pratique ?
4 activités de plein air bons pour le corps et l’esprit